Interview de C.C. Hunter (avril 2019)

Interview en VF et en VO /Interview in VF and in VO

Version Française (VF)

Bonjour, et merci de te prêter à l’exercice de l’interview.

Il se fera en 2 parties : la 1re partie sur ton œuvre et tes projets (personnalisé), la 2me partie sur l’aspect plus technique du métier d’écrivain au travers de ton expérience (qui est propre à tous mes interviews)

                                                                                   ***********************

 Peux-tu pour l’instant te présenter en quelques phrases….date de naissance, tes loisirs, passions, ton univers… ?

CC. Je suis l’auteur de 43 livres si vous comptez mes nouvelles et ouvrages non romancés. J’écris du « Young Adult » comme C.C. Hunter, mais j’écris aussi des suspenses romantiques et des thrillers sous mon vrai nom, Christie Craig. Je suis née en novembre à Alabama aux États-Unis. J’aime ce que je fais pour gagner ma vie, c’est ma passion. Ça ne ressemble même pas à du travail la plupart du temps. J’aime voyager et un bon verre de vin rouge tous les soirs.

 

 

Ton œuvre :

  • Peux-tu déjà dans un 1er temps présenter ta saga :…….

CC. Ma série “Shadow Falls” (“Nés à Minuit”) a été la première série Young Adult que j’ai écrite. C’est à propos d’une jeune fille nommée Kylie qui est envoyée dans un camp pour les paranormaux. Mais elle pense que c’est une erreur, et les autres campeurs ne savent pas quel genre de paranormal elle est. Tandis que l’histoire progresse et que ses talents émergent, ils réalisent qu’elle est très spéciale. Si spécial que deux mecs sexy tombent amoureux d’elle.

Dans ma série Mortician’s Daughter ( ” La fille des deux mondes” ), Riley est la fille d’un croque-mort et les clients de son père continuent à le suivre chez lui. Leurs fantômes veulent Riley pour les aider avec leurs problèmes  afin qu’ils puissent passer à autre chose. Mais un fantôme est différent, un mignon, jeune homme à peu près son âge. Sera-t-elle en mesure de l’aider à aller de l’avant? Ou y a-t-il quelque chose de vraiment différent chez ce garçon qu’elle ne comprend pas?

 

  • Comment t’est venue l’idée de ton personnage et de cette histoire ?

CC. J’avais écrit des romans à suspens romantiques sous mon vrai nom, quand j’ai été contacté par un éditeur de romans Young Adult .Elle m’a demandé si j’envisagerais d’écrire une série Young Adult. Elle a dit qu’elle avait même une idée : un camp paranormal. Aussi effrayé que j’étais à écrire dans un nouveau genre, je ne pouvais pas sortir son idée de ma tête. Les personnages ont commencé à se former et “Shadow Falls” ( “nés à Minuit”) est né.

 

  • Quelles ont été tes influences littéraires, ou juste tes auteurs/ou genres préférés ?

CC. Je suis dyslexique, donc je n’étais pas un grande lectrice quand j’étais jeune. La lecture et l’écriture ont été très difficiles pour moi. J’étais plus agée quand j’aifinallement  fini de lire un livre entier. C’était  “CHARLOTTE’S WEB” par E.B. White, et quelque chose sur l’amour entre Charlotte et Wilbur m’est resté. C’est pour ça que j’aime mettre de l’amour et de la romance dans tous mes livres. J’ai aussi lu de nombreux auteurs romantiques merveilleux comme P.C. Cast, Susan Elizabeth Phillips, Lisa Kleypas, tellement d’auteurs m’ont influencé.

  • As-tu d’autres projets pour l’avenir en Urban Fantasy/Bit lit, côté Young adulte, ou fantasy ?

CC: Je viens de terminer le troisième livre de ma série “Mortician’s Daughter (“la fille des deux mondes”), “Three HEARTBEATS AWAY” , qui sortira aux États-Unis le 18 juin.  Ensuite, je dois écrire un autre livre dans ma série “Christie Craig Texas Justice”. Mais j’ai deux nouvelles idées Young Adult qui bouillonnent au fond de mon cerveau.

 

Comment s’est passé ta recherche d’une maison d’édition au tout début ?

CC J’ai été dans des clubs d’écriture et j’ai assisté à des conférences où j’ai pu rencontrer des rédacteurs en chef. En fin de compte, j’ai soumis mes textes à de nombreux éditeurs et j’ai reçu autant de lettres de refus. Il m’a fallu 10 ans pour vendre mon premier roman, et 13 ans avant que je vende mon deuxième livre. Mais ce jour-là, j’ai vendu quatre livres en une fois.

 

  • Qui a décidé, et qui a réalisé tes illustrations de couvertures ?

CC: Pour les livres qui sont publiés traditionnellement, comme ma série “Shadow Falls” ( “nés à Minuit”), l’éditeur a embauché un artiste. Ils me laissent les approuver, mais ils sont en charge des dessins. Ma série “Mortician’s Daughter” (“la fille des deux mondes”) est un roman auto-édité et j’ai passé des heures à éplucher des photographies pour trouver l’image parfaite. Puis j’ai trouvé un artiste pour aider à transformer ces images en couvertures.

 

 

le métier d’écrivain :

 

  • Comment as-tu commencé à écrire de manière professionnelle ?
  • CC: Quand j’ai commencé à écrire, j’étais au début de ma vingtaine et j’essayais de décider ce que je voulais faire de ma vie.J’ai dit à mon mari que je voulais être écrivain, et il m’a dit d’aller de l’avant. Je n’avais reçu aucune formation, à part la lecture et l’étude d’autres œuvres et le fait d’être issu d’une famille qui aimait raconter des histoires. J’ai juste commencé à écrire. Et c’était tellement mauvais. Un an plus tard, j’ai trouvé un groupe d’écriture et j’ai suivi des ateliers, et je suis entré dans un groupe de critique. Comme je l’ai dit plus tôt, il m’a fallu beaucoup de temps pour apprendre à écrire et à apprendre à compenser ma dyslexie.

 

  • As-tu auparavant participé à des ateliers d’écriture, suivi une formation littéraire, appris une technique… ???? Où t’es-tu lancé spontanément dans le 1er jet ?

CC. Une fois que j’ai décidé d’être un écrivain, j’ai dû apprendre comment transférer ces histoires dans ma tête  sur le papier. J’ai pris tous les cours d’écriture que je pouvais. Je me suis joint à des organismes de rédaction et à des groupes de critique. J’ai étudié des auteurs que j’admirais et que j’écrivais tous les jours. J’ai rédigé de nombreuses premières ébauches. Chaque jet que j’ai écrit s’amélioré.

 

  • A quel âge as-tu commencé sérieusement à écrire ? Travaillais-tu à côté (temps plein/partiel/congés…)

CC: Comme je l’ai dit, j’ai décidé que je voulais être écrivain au début de ma vingtaine. J’étais nouvellement mariée et je travaillais à temps partiel comme serveuse. J’ai pensé retourner à l’école pour étudier pour être professeur, mais mon coeur n’y était pas. Je voulais suivre mon rêve d’être écrivain.

 

  • Qu’elle est ta routine d’écriture en tant qu’écrivaine ? Tes habitudes matin, soir…. ? As-tu un nombre de mots ou de pages par jours à faire à minima, ou fais-tu selon ton inspiration ? écris-tu tous les jours ?

CC J’ai toujours pris ma carrière d’écrivain au sérieux. C’est mon travail. Donc, je me lève le matin, je prends mon café et je vais écrire dans mon bureau. Après quelques heures, je m’arrête d’habitude pour aller marcher avec un ami écrivain, puis c’est de retour au travail. Je m’arrête pour un déjeuner rapide, mais le reste de ma journée est passé à mon ordinateur.Normalement, j’arrête pour la journée autour de 17 ou 18 heure, selon que je suis ou pas au milieu de quelque chose. Mais quand j’ai un délai serré, je vais travailler toute la soirée aussi. Je n’ai pas un nombre fixe de pages ou de mots pour chaque jour. Si je révise ou réécrit, cela peut vraiment varier. Mais j’y consacre du temps. Et j’écris presque tous les jours.

 

  • Utilises-tu des logiciels d’écriture comme Scrivener, Focus Writer….Ou écris-tu juste sous Word ? écris-tu d’abord sur un carnet manuscrit ou directement sur l’ordi ?

CC: J’utilise seulement Word. Je peux prendre quelques notes, mais surtout, je m’assois à mon ordinateur et je commence à écrire.

 

  • Es-tu du genre à faire un plan très détaillé (style architecte) ou plutôt à découvrir ce qui se passe au fur et à mesure avec un plan très succinct au départ (style jardinier)

CC: Je suppose que vous diriez que je suis un jardinier, mais je m’appelle moi même ” a pantster” ,( =expression qui signifie qu’elle écrit comme cela vient/ au grès de l’inspiration) . J’ai peut-être une idée générale de ce qui va se passer dans mes livres, mais je laisse les choses se dérouler au fur et à mesure que j’écris. Mes personnages me parlent et le livre prend vie.

 

  • La préparation de ton 1er roman, t- a-t-elle demandé beaucoup de temps en amont (fiches personnages ou plan ou documentations, séquencier..….)Combien de temps avant d’écrire le 1er jet (et ton 1er jet combien de temps ?)- fais-tu ensuite un gros travail de réécriture ? A qui fais tu relire ton travail : tes proches, des béta lecteurs…. ?

CC: Non, j’ai appris très tôt que j’aime plonger directement dans le livre et commencer à écrire. J’ai grandi dans le Sud et nous avons une longue tradition de narration. Donc, j’ai appris à raconter une bonne histoire dès mon plus jeune âge, j’ai juste dû travailler sur l’écriture. Comme je suis dyslexique, j’ai plusieurs personnes en qui j’ai confiance qui lisent mon travail avant même qu’il ne soit envoyé à mon éditeur. Mon mari a lu tous mes livres et j’ai un assistant et un agent qui donne toujours un premier avis sur mes livres. Il me faut environ deux à trois mois pour écrire un livre. Le premier a pris environ six mois. Après avoir terminé ma première ébauche d’un roman, je vais le relire et le polir, mais ce n’est pas très différent de ma première ébauche.

 

  • En France il peut sembler difficile de parler d’argent, mais abordons malgré tout ce sujet épineux….

Peux-tu dire aujourd’hui que tu vis de ta plume, où as-tu, tout ce temps, gardé un travail sur le côté ?

Peux-tu nous dire combien tu as gagné avec cette saga ? Ou le nombre d’exemplaires vendus depuis le début ? Ou ce que cela représente en salaire ou complément de salaire ? Être écrivain est un métier comme un autre, et ce sujet du salaire est un sujet qui intéresse tout le monde ….Souhaites-tu répondre, ou tout au moins aborder un peu ce thème sulfureux ? C’est comme tu veux…

CC: Parler d’argent est délicat, parce que cela change. Un auteur peut avoir une série qui se vend bien, mais la suivante ne se vendra pas, ou moins bien, et vous êtes à nouveau dans le brouillard. J’ai eu de la chance avec la série Shadow Falls “nés à Minuit”), mais rien n’est garanti dans ce domaine. Je n’ai pas le nombre exact d’exemplaires que j’ai vendus. Je ne dirai pas non plus ce que j’ai fait. Mais je vous dirai que j’ai beaucoup de chance. Mon mari était le principal contributeur au revenu de notre ménage, et mon succès avec l’écriture a permis à mon mari de prendre sa retraite plus tôt. L’écriture n’est pas la carrière que l’on doit entreprendre si on cherche de l’argent. J’ai commencé à écrire parce que j’aime écrire. Je continue d’écrire parce que j’aime écrire. Le succès financier a été une grande surprise, et je suis reconnaissante.

 

 

  • Souhaites-tu aborder un thème particulier que les questions n’auraient pas mentionné ? Ou un message pour tes fans ?

CC: Je suis extrêmement reconnaissante du succès que j’ai connu — et c’est grâce à mes fans. Ma partie préférée en tant qu’auteur  est d’aller signer des dédicaces ou de participer à des conventions et de rencontrer mes fans. Beaucoup de gens m’ont dit que mes livres les avaient aidés à traverser une période difficile de leur vie. Je trouve cela très gratifiant.

Merci de m’avoir invité sur votre Blog .Ce fut un plaisir.

 

 

 

Interview en VO

Hello, and thank you for accepting to do this interview.

 

It will be split in 2 parts: the first part will cover your body of work and your projects (personalized), while in the second part we will discuss the more technical aspect of the profession of writer through your experience (which is specific to all my interviews).

                                                          *********************************

 

Can you start by introducing yourself in a few sentences? Your birth date, hobbies, passions, your world and environment?

 

CC I’m the author of 43 books if you count my novellas and nonfiction books. I write young adult as C.C. Hunter, but I also write romantic suspense and thrillers under my real name, Christie Craig. I was born in November in Alabama in the U.S. I love what I do for a living, it’s my passion. It doesn’t even feel like work most of the time. I enjoy travelling and a good glass of red wine every evening.

 

Your body of work:

 

  • Can you first of all present your young adult paranormal saga : Shadow falls ? And too , the newer saga : The Mortician’s Daughter ?

 

CC:  My Shadow Falls series was the first young adult series I ever wrote. It’s about a young girl named Kylie who is sent to a camp for paranormals. But she thinks it’s a mistake, and the rest of the campers can’t figure out what kind of paranormal she is. As the story progresses and her talents emerge, they realize she’s very special. So special, two hot guys fall in love with her.

 

In my Mortician’s Daughter series, Riley is the daughter of a mortician and her father’s clients keep following him home. Their ghosts want Riley to help them with their final problems so they can move on. But one ghost is different, a cute, young guy about her age. Will she be able to help him move on? Or is there something really different about this boy that she doesn’t understand?

 

  • How did you get the idea of your character and this story? (for shadow Falls)

 

CC:  I’d been writing romantic suspense novels under my real name, when I was contacted by an editor for young adult novels. She asked if I’d consider writing a young adult series. She said she even had an idea: a paranormal camp. As scared as I was at writing in a new genre, I couldn’t get her idea out of my head. The characters started forming and Shadow Falls was born.

 

  • What were your literary influences, or your favourite authors/genres?

 

CC:  I am dyslexic, so I wasn’t a big reader when I was young. Reading and writing were very hard for me. I was older when I finally finished reading an entire book. It was CHARLOTTE’S WEB by E.B. White, and something about the love between Charlotte and Wilbur stuck with me. I think that’s why I like to put some love and romance in all my books. I’ve also read many wonderful romance authors like P.C. Cast, Susan Elizabeth Phillips, Lisa Kleypas, so many authors have influenced me.

 

  • Do you have any other projects for the future in Urban Fantasy/Bit lit, Young adultor fantasy?

 

CC: I just finished the third book in my Mortician’s Daughter series, THREE HEARTBEATS AWAY, which releases in the U.S. on June 18th.  So next, I have to write another book in my Christie Craig Texas Justice series. But I have two new YA ideas bubbling in the back of my brain.

 

  • How did you get on searching for a publisher at the very beginning?

 

CC: I joined writing organizations and went to conferences where I could meet editors. In the end, I submitted to many publishers and got just as many rejection letters. It took me 10 years to sell my first novel, and another 13 years before I sold my second book. But that day, I sold four books at once.

 

  • Who chose and who made your cover illustrations?

 

CC: For books that are traditionally published, like my Shadow Falls series, the publisher hired an artist. They let me approve them, but they are in charge of the designs.  My Mortician’s Daughter series is a self-published novel and I spent hours combing through photographs to find the perfect image.  Then I found an artist to help turn those images into covers

 

The profession of writer:

 

  • How did you start writing professionally?

CC: When I first started writing, I was in my early 20’s and I was trying to decide what I wanted to do with my life. I told my husband I wanted to be a writer, and he told me to “go for it.” So I did.  I had no training, other than reading and studying other works and being from a family who loved storytelling.  I just start writing.  And it was so bad.  A year later I found a writing group and I took workshops, and got into a critique group. Like I said earlier, it took me a long time to learn to write and to learn to compensate for my dyslexia.

 

  • Had you ever participated in writing workshops, received literary training, learned a technique? Or did you just spontaneously start your 1st draft?

CC: Once I decide to be a writer, I had to learn how to get these stories in my head down on paper. I took every writing class I could. Joined writing organizations and critique groups. I studied authors I admired and wrote every day.  I wrote many first drafts. Each one I wrote got a bit better.

 

  • At what age did you start writing full time? Were you working on the side (full-time/part-time/holidays)?

CC: As I said, I decided I wanted to be a writer in my early 20’s. I was newly married and working part time as a waitress. I thought about going back to school to study to be a teacher, but my heart wasn’t in it. I wanted to follow my dream of being a writer.

 

  • What is your working routine as a writer? Your routine – morning / evening, etc.? Do you have a minimum number of words or pages per day, or do you go along with your inspiration? Do you write every day?

CC: I’ve always taken my writing career seriously. It’s my job. So, I get up in the morning, get my cup of coffee and head into my study to write. After a few hours, I usually stop to go for a walk with a writer friend, then it’s back to work. I stop for a quick bite of lunch, but the rest of my day is spent at my computer. I normally quit for the day around 5 or 6, depending on if I’m in the middle of something.  But when I’m on a tight deadline, I will work all evening too. I don’t have a set number of pages or words for each day. If I’m editing or rewriting, it can really vary. But I put in the time. And I do write almost every day.

 

  • Do you use writing software such as Scrivener, Focus Writer? Or do you just use Word? Do you handwrite first on a notebook or directly on a computer?

CC:  I just use Word.  I may jot a few notes down, but mostly, I sit down at my computer and start writing.

 

  • Are you the type to make a very detailed plan (architect style) or do you rather expand as you go along from a very brief initial plan (gardener style)?

 

CC: I guess you’d say I’m a gardener, but I call myself a pantster, which means I write by the seat of my pants. I may have a general idea of what’s going to happen in my books, but I let things unfold as I write. My characters talk to me and the book takes on a life of its own.

 

  • Did the preparation of your first novel require a lot of time beforehand (character files or plan or documentation, outline)?How much time did you spend before writing the first draft (and how long did your first draft take)? – do you then do a lot of rewriting work? Who revises your work: your relatives, beta readers?

CC: No, I learned early on that I like to dive right in and start writing. I grew up in the South and we have a long tradition of story-telling. So, I learned to tell a good story from an early age, I just had to work on the writing part of it.  Since I’m dyslexic, I have several people I trust read my work before it ever even goes to my editor. My husband reads all my books and I have an assistant and an agent who always give my books a first pass.  It takes me about two to three months to write a book. My first one took about six months.  After I finish my first draft of a novel, I will reread and give it a polish, but it’s not very different than my first draft.

 

 It is unusual to talk about money in France, but let’s talk about this thorny subject anyway.

Can you say today that you live from the income of your writing work, or have you, all this time, kept a job on the side?Can you tell us how much you earned with this saga? Or the number of copies sold since the beginning? Or what it means in income or additional income? Being a writer is a profession like any other, and income is a subject that interests everyone. Would you like to answer, or at least address this controversial subject? It’s up to you….

 

CC: Talking money is tricky, because it changes. An author might have a series that does well, but then the next one doesn’t, and you’re scrambling again.  I was fortunate with the Shadow Falls series, but nothing is guaranteed in this business. I don’t have the exact amount of copies I have sold. Nor will I say what I have made.  But I will tell you that I am very fortunate. My husband was the main contributor to our household income, and my success with writing made it possible so my husband could retire early.  Writing is not the career you go into if you are chasing money. I started writing because I love writing.  I continue writing because I love writing. The financial success has been a big surprise, and I am thankful.

 

 Do you wish to discuss a particular theme that these questions have not touched on?

Or do you have a message for your fans?

 

CC: I’m just extremely grateful for the success I’ve had—and that’s all because of my fans. My favourite part of being an author is going to book signings or conventions and meeting my fans. I’ve had so many people tell me that my books helped get them through a difficult time in their lives. I find that very rewarding.

 

Thanks for having me on your blog. It’s been my pleasure.

Share with: